Blog

L'Antarctique, ce sublime bout du monde

L'Antarctique a été pour moi une expérience extraordinaire. La meilleure partie du voyage, le plus beau voyage, le meilleur voyage tout court. En réalisant mon rêve d'aller là-bas, j'appréhendais que ce continent ne soit pas à la hauteur. Que nenni... Le mot "extraordinaire" a été créée pour des endroits pareils sur terre. 

Avant de partir je m'étais renseignée sur les prix de dernière minute en partance d'Ushuaia. Nous y sommes arrivés le 5 décembre, bien décidés à trouver une de ces fameuses croisières, le minimum étant de 8 jours. Je pensais qu'il faudrait qu'on en parle tout bas, quitte à avoir rendez-vous dans des allées sombres, pas du tout , la croisière en Antarctique de dernière minute est un vrai business. Les prix sont placardés dans toutes les agences de voyage. Vu que tout le monde m'a demandé autant l'écrire ici, oui c'est très cher. Même avec la remise de dernière minute qui est énorme, nous n'avons payé qu'un tiers du prix normal, il nous a tout de même fallu débourser la somme rondelette de 4,999 dollars américains chacun, je vous laisse calculer ça en Euros. Ceci étant dit, je continue à penser que c'est l'argent le mieux dépensé de ma vie. 

Après avoir fait nos recherches nous nous décidons ( ça ne s'est pas fait aussi vite car vu le prix, il a fallu que nous nous convainquions l'un et l'autre que ça valait le coup). pour une croisière de 8 jours avec Quark expeditions, qui comprend 2 jours de traversée du passage de Drake, 4 jours d'expéditions (plus deux jours pour embarquer et débarquer) et qui a le mérite de se terminer par un vol qui nous emmène à Punta Arenas au Chili et nous permet de poursuivre notre voyage en évitant quelques heures de bus. 

L'embarquement se passe sans problème, je ne sais pas si j'arriverai à expliquer le niveau d'excitation que je ressens à ce moment là, c'est un moment magique. le bateau peut accueillir jusqu'à 119 passagers mais nous ne sommes que 89. Au début j'avais un peu peur qu'il y ait foule, en fin de compte, on arrive très facilement à se retrouver seul avec ses pensées. Une bonne moitié des passagers sont Américains, beaucoup de Chinois et d'Anglais et des Européens. Quelques Sud Américains... mais relativement peu. Nous avons une équipe super et très internationale, composée de biologiste marin, de glaciologue, d'ornitologue, géologue, historien, de spécialiste des lois de l'Antarctique etc... . Pendant les deux premiers jours de traversée, nous suivons nos progrès et assistons à des conférences sur les animaux que nous allons rencontrer, sur l'histoire et les découvertes de l'Antarctique, sur la fondation du Continent etc... c'est passionant et assez fascinant. On nous donne aussi notre itinéraire, à voir ci-dessous: 

Lire la suite

Sur la troisième plus grande île du monde...

Bornéo est … magnifique ! Difficile de choisir un pays dans tous ceux que l’on a visité, mais je crois que c’est mon endroit préféré depuis le début de notre voyage. Nous en parlons souvent tous les deux en faisant des Top 5 des lieux ou nous sommes allés, en général il y a un endroit dans chaque pays qui nous a marqué, mais pour moi Bornéo en compte plusieurs. La nature est l’attrait principal de cette île. Les villes pour moi n’ont rien d’extraordinaire, elles facilitent le passage d’un emplacement à un autre. Rien de plus.  

Lire la suite

Les philippines; les îles, la mer et la plongée

Longtemps attendu, particulièrement pour Alex, (si vous suivez vous savez que c’était une de ses destinations phares), nous voilà aux Philippines, enfin vu que je suis bien en retard dans mes textes c’était il y a trois mois... Des iles en veux tu en voilà. Nous avons rencontrés plusieurs personnes qui étaient assez désabusées et blasées et qui nous ont dit qu’en faire une, c’était toutes les avoir vues. Pour moi, ça revient à dire que toutes les bouteilles de vin se valent et qu’il n’y a pas de distinction entre un bordeaux et un beaujolais… Oui c’est une ile, il y a une plage, le soleil, la mer mais si on regarde un peu plus attentivement on découvre aussi des falaises en calcaire, un sable différent, la mer est peut être moins calme, les fond marins ne sont pas les mêmes, les activités non plus, ou trouve des coraux, des coquillages ou peut être juste du sable. Bref, ça change tout le temps. Nous avons beaucoup voyagé en un mois parce que nous voulions couvrir une majorité du pays. Voir la carte ci-dessous.

Lire la suite

Le jour ou la Grande-Bretagne a quitté l'UE

Je ne pensais vraiment pas que ça allait arriver mais nous y sommes. En tant que Française qui vit et travaille en Angleterre depuis 10 ans, j’étais contre un Brexit. Nous en avons beaucoup discuté avec Alex et je voulais partager le fruit de mes réflexions.

Je ne vais pas mentir, je suis déçue. Quelque part, une partie de moi réagit comme si c’était personnel, alors que bien évidemment ça ne l’est pas. Dès mon arrivée en Grande Bretagne en 2000, je suis tombée sous le charme de ce pays. Arrivant de Lyon, j’ai vécu à Colchester dans l’Essex pendant un an, ce qui était un choc culturel relatif, mais une expérience extraordinaire, qui m’a décidé quelques années plus tard à m’installer à Londres.

J’étais partie pour ‘2 ou 3 ans’ à la base, et puis la vie prend le dessus, je me suis toujours sentie accueillie et chez moi à Londres, donc je suis restée. J’aime le coté cosmopolite de Londres. On ne trouve nulle part ailleurs cette diversité, cette ouverture d’esprit et même cette liberté. Il y a quelque chose de grandiose dans cette ville, lorsque l’on voit ces vieux bâtiments de la city, côtoyer le Shard ou le Gherkin. Mais voilà ou se trouvait mon erreur, Londres n’est pas la Grande Bretagne, tout comme Paris n’est pas la France. Londres ne peut pas représenter le point de vue du pays, puisque c’est une ville qui regroupe des nationalités diverses et qui vit d’une richesse relative.

Je ne vais pas m’appesantir sur ce qu’il va se passer « après », vu que, honnêtement, personne ne le sait. Nous pouvons tous spéculer, le futur est maintenant différent, et tout le monde en Europe et en Grande Bretagne devra s’adapter au nouvelles règles et voir ce qui en ressort. Nous avons tous une opinion, cela ne veut pas forcement dire que c’est la bonne.

Lorsque l’Europe a été fondée en 1957, c’était en partie pour assurer la paix entre les nations qui décidaient d’y adhérer. Plus tard sont venus le parlement, les lois, les régulations et la sécurité etc…. Nous pouvons tous être d’accord ou non sur ce qui est décidé à Bruxelles, mais tout cela est tellement plus grand que nous. J’irai même jusqu’à dire que la plupart d’entre nous n’ont pas la moindre idée de la façon dont l’Europe fonctionne, ni quelle est la relation que Bruxelles entretient avec chaque pays. Manifestement, il serait temps de restructurer…

La campagne Pro brexit a été bien orchestrée. Similaire à ce que fait le front national en France, et l’extrême droite dans d’autres pays Européens, elle a utilisé deux ingrédients essentiels : la peur et le nationalisme( peur de l’immigration, du terrorisme, vue nationaliste concernant les emplois etc…) . Clairement ça a bien fonctionné. Tout cela contribue à révéler la claire distinction entre Londres et le reste du pays. Le prochain premier ministre devrait commencer son mandat par là et essayer de réduire les différences qui existent dans un pays complètement centralisé.

Ce qui m’ennuie profondément dans tout ça et qui me pousse à écrire aujourd’hui c’est ceci : Plus que jamais, le monde se doit d’être un endroit ou les communautés font front ensemble, ou les gens s’entraident et de décident à penser au bien de tous.  La Grande-Bretagne, tout comme la France, fait partie de ces pays qui ont largement consommés et bénéficiés de la richesse d’autres pays, et ce pendant des décennies.

L’union Européenne pour moi c’est cela : Une grande communauté, ou les gens ont tendance à être en désaccord sur beaucoup de choses, mais qui essaie de trouver un terrain d’entente et de travailler ensemble pour le bien du plus grand nombre.

Le voyage que nous faisons en ce moment, ne fait que renforcer cette idée que beaucoup de pays ont besoin de notre aide. Et le plus marquant, c’est que bien souvent, ce sont dans les endroits ou les gens n’ont que très peu, que nous avons été reçus avec la plus grande gentillesse, générosité et respect. Parce que les gens qui n’ont rien, font preuve d’une telle bonté, j’aimerai que mes pays montrent le même enthousiasme pour faire partie d’un projet auquel je crois. Il me semble que beaucoup d’entre nous ont perdus la confiance nécessaire au bon fonctionnement de l’Europe , j’espère que cette histoire sera un coup de trompette dans l’oreille de Bruxelles pour entreprendre une réflexion sur l’organisation et la législation de l’UE.

Quant à moi, je reste à ce jour une Européenne, moitié Française – moitié Londonienne et très fière de l’être. 

Myanmar ... et pas d'inspiration pour le titre

Mon expérience de la Birmanie est jalonnée de sentiments contradictoires.  Tout comme l’Inde, c’est un pays en plein développement. Les frontières du pays sont ouvertes aux touristes depuis quelques années, la partie Nord est encore relativement inaccessible, le sud est peu visité. Il n’y a pas si longtemps que ça, il était encore très difficile pour des touristes de se rendre en Birmanie. En 2011, la junte militaire a rendu le pouvoir officiellement aux civils et notamment à la figure de proue de la démocratie Aung San Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix en 1991. Le nouveau président, Htin Kyaw élu au mois de Mars 2016, est un de ses proches .En dépit de l’évidente influence positive qu’elle a eu sur le pays ces dernières années,  elle n’a pas le droit de se présenter à l’élection présidentielle de son pays. ( L’article 59F édicte que toute personne ayant un conjoint ou des enfants étrangers ne peut assumer les responsabilités de président ou de vice-président. Cette disposition empêche de facto Aung San Suu Kyi, dont les enfants sont britanniques, de devenir chef de l’Etat).

 

Lire la suite

Malaisie - Deuxième pays - Mars 2016

La Malaisie ne faisait pas partie de notre projet initial, mais quand nous organisons nos trajets nous cherchons toujours à trouver le moins cher. Pour aller en Birmanie d’Inde il n’y avait pas de vol direct, en revanche, nous pouvions passer par Kuala Lumpur pour moins de 20 euros, donc banco ! Comme nous étions dans le coin, un peu bête de repartir directement, nous avons donc passé 10 jours en Malaisie et je suis ravie car j’ai beaucoup aimé.

Après L’Inde , arriver ici c’est retrouver la civilisation. Surtout à Kuala Lumpur. Nous arrivons l’après-midi , ici aussi il fait 34 /35 degrés. On nous explique que ça fait plus de 20 ans qu’il n’a pas fait aussi chaud. En moyenne à cette période là il fait 29 degrés. Réchauffement climatique bonjour !

Tout de suite , tout le monde est beaucoup moins souriant, à croire que le sourire n’existe plus dès qu’on est en ville. KL c’est une ville de 1.5 millions d’habitants déjà très riche et en pleine expansion. Je ne vais pas m’appesantir dessus. C’est une ville. Nous avons beaucoup marché, pour ressentir un peu le cœur de la ville, nous sommes allés visiter le musée des arts islamiques qui vaut le détour et le parc de Kuala Lumpur.

Nous avons beaucoup mangé ; bien sur ; dans les petits stands de rue, les ‘hawkers’. Voila une des différences avec l’Europe que j’aime beaucoup.

En Europe, il ne me viendrait pas à l’esprit de m’arrêter dans un stand sur la rue pour m’acheter à diner. Et surtout je ne m’attendrai pas à bien manger, j’aurai peur de chopper un truc : viande mal cuite, produit surgelés, recongelés, dégelés etc… Dans plusieurs pays asiatiques, et notamment en Malaisie, il n’y a pas besoin d’aller dans un restaurant pour bien manger. Les prix de ces vendeurs de rue défient toute concurrence, on mange pour 1.50 euros par personne parfois moins et on mange TRES BIEN. Je me suis demandée qu’elle était par conséquent la fonction du restaurant,  qui me semblait presque obsolète. Le restaurant signifie plus l’art de vivre et de manger à la Française. On sait y prendre le temps. Chez un hawker, on est servi rapidement, on mange rapidement et on repart rapidement pour laisser la place aux autres. Le prix du restaurant, en mangeant des choses similaires, peut être multiplier par 5, tout dépend ou nous allons. Nous en essayons un, et qu’est ce que c’est agréable de pouvoir s’asseoir , et de prendre le temps. D’autant plus que cette année nous n’avons que ça… du temps.

Petite mention spéciale pour le petit déjeuner Malaisien typique. Je sais que nous, Français, tenons beaucoup à notre petit déjeuner sucré, mais préférant moi-même le salé et vivant en Angleterre depuis 10 ans, ma préférence va aux sandwichs au bacon et fromage. Ici, nous avons découvert le Roti Canai ( prononcé Roti Chenaï ) qui est une sorte de crêpe, dont l intérieur rappelle la consistance du croissant, et que l’on éponge avec une sorte de curry épicé. C’est délicieux, malheureusement pour nous, très gras aussi !

Pour notre deuxième étape nous nous arrêtons dans des iles , les pérenthiennes, car nous avons bien envie de tester la plongée en Malaisie. Eau claire, mer à 28 degrés ; le rêve.  Bus de nuit , nous débarquons sur l’ile à 8 heures du matin et nous mettons en quête d’une chambre pour trois jours. Ces iles, petites et encore assez méconnues, ont une multitude d’hôtels, petit, pas de complexe, donc pas de dégradation du littoral. La plongée est belle, mais pas aussi exceptionnelle que ce à quoi je m’attendais ; bien sur tout dépend souvent des conditions, de l’agitation de la mer, de la pluie etc… avant de partir nous avons regardé beaucoup d’émissions de David Attenborough sur les coraux et l’océan en général qui décrivait les problèmes de dégradation des océans…. Nous avons pu voir que bien que les cotes soient remplies de coraux morts (dus en grande partie au tsunamis et au réchauffement de la planète), il y en a aussi beaucoup qui repoussent, c’est rassurant. Nous observons d’innombrables poissons clowns et anémones, des raies,  des poissons perroquets, mais pas de requins ni de tortues malheureusement. ( petite dédicace spéciale pour ma mamie ! pas de soucis à se faire donc en ce qui concerne mes plongées !)

De la nous partons à nouveau en bus de nuit pour Penang ; et particulièrement George Town, qui est une jolie ville, plus petite, environ 1 million d’habitants, ou on retrouve une grande tradition du street art, pas ce à quoi je me serai attendue de prime abord. Et qui se trouve être LA capitale gastronomique de la Malaisie . liste des meilleurs plats à essayer oblige, nous essayons, nous mangeons et nous adorons . Beaucoup de petites crêpes fourrées à la noix de coco particulièrement ; un délice. Nous loupons malheureusement le coucher de soleil du haut de la colline, temps mal calculé, bouchons de fin de journée. Mais une très bonne expérience.  Le peuple est très gentil mais j’ai le sentiment  d’avoir rencontré moins de locaux et en dépit du tour que nous avons fait, d’être resté plus en surface. Nous ne sommes restés qu’une semaine après tout…Mais nous retournons en Malaisie le 13 Mai car nous allons à Bornéo, donc bien hâte d’en voir un peu plus. 

L'Inde - Premier Pays - Mars 2016

Bonjour tout le monde!

 

Nb. Mes observations sont basées sur les deux semaines que nous avons passés dans le sud de l’Inde dans la province de Kerala, nous n’avons pas visités de grandes villes, mais plutôt des villages et la campagne indienne. J'aimerai ajouter une carte du pays montrant nos itinéraires à chaque fois, mais internet étant ce qu'il est en Asie, en tout cas en Birmanie actuellement, ça risque d'attendre un peu...

L'Inde. Tout d’abord c’est un très beau pays avec des paysages sublimes de très belles couleurs, une nourrriture délicieuse (non je n'ai pas été malade une seule fois!) et une population souriante. On ne trouve pas encore les mcdonalds, burger king ou autres Starbucks. La publicité est principalement tournée vers des produits locaux. C’est un pays pauvre et riche, ou les toilettes ne marchent pas toujours, ou les gens vivent et travaillent encore parfois à même le sol dans des conditions catastrophiques, mais ou les smartphones sont partout, la 4G aussi. L’écart qu'il existe entre ces deux mondes est fascinant, mais nous a permis de nous rendre compte que le monde est vraiment global et qu’il y a relativement peu d’endroits isolés aujourd’hui.

Dans l'ordre notre itinéraire était: 

Kochi (Ville)

Munroe Island ( petite presqu'ile au milieu de nulle part)

Varkala ( station balnéaire assez touristique)

Munnar ( à 2,000 m d'altitude , les plantations de thé!)

Retour à KOchi pour départ en Malaisie

A chaque fois nous avons pris les transports en communs pour nous déplacer. Les prix défiant toute concurrence. Les trains par exemple, sont soit couchettes, soit assis ,mais non réservés. C’est un peu la foire du trône. Les gens s’entassent les uns sur les autres et le principe même de faire la queue leur est complètement inconnu. J avais une personne devant moi pour aller acheter mes billets, et j en ai trois qui se sont ajoutées d’un coup comme si c’était la chose la plus normale qui soit. Donc il faut jouer des coudes, mais rien de bien étonnant vu que l'Inde est tout de meme le deuxème pays le plus peuplé du monde.

Les autochtones ont tendance à beaucoup nous regarder avec Alex, moi parce que j’ai la peau très blanche et lui a cause de ses mains. Tout le monde le regarde de façon très ouverte, voire insistante, commente et lui touche les mains. C’est assez déroutant au début. La condition de la femme est assez loin de l’Europe. On voit proportionnellement beaucoup moins de femmes que d’hommes. Je pensais que ce n’était qu’une impression mais en faisant des recherches, je me suis rendue compte qu’au dernier recensement de l’inde qui date de 2001, les chiffres étaient de 925 filles pour 1000 garçons (contre 945 dix ans auparavant, ce qui veut dire que le déclin s’est encore plus accentué depuis ce rapport. Ca parait peu mais au rythme de la population de l’Inde , cela veut dire qu’en dix ans, s'est  créée un déficit de femmes de 35 millions….) Les couples sont toujours beaucoup mariés par mariage arrangés.  Les femmes restent assez cachées. Dans les trains que nous avons pris, pas une seule femme, dans les restaurants relativement peu aussi, ou bien toujours accompagnées par un homme. Si je paie dans un restaurant, on rend la monnaie à Alex, geste qui m’agace bien évidemment.

La deuxième chose qui m’a vraiment marquée c’est la présence PARTOUT d’ordures. L’Inde est magnifique mais l’Inde est sale. Et on sent vraiment que ca déborde. Il y a relativement peu de poubelles et même quand il y en a, elles ne sont pas utilisées. Nous avons passé une nuit sur un bateau avec les amis d’Alex, nous dinons et partageons des bouteilles de bières. A la fin du repas, notre serveur ramasse tout et balance toutes nos ordures directement  dans le lac sur lequel nous naviguions (y compris les bouteilles de verre). L’eau fait partie pour eux des poubelles. Quelques heures après, on nous propose de nager dans ce même lac, je cours chercher mon maillot, au moment ou je m’apprête a plonger, je vois passer une pate de poulet, puis une autre puis des ailes et ça sur plusieurs mètres. Un boucher était plus haut sur le lac et jetait tous les restes dans le lac alors qu’il débitait ses poulets. Le lendemain matin, je me lève a 6h du matin pour prendre des photos du lever de soleil ; et nous apercevons toujours sur ce même lac, trois personnes en train de ‘se soulager’ du bord de leur bateau. Ca a finit d’achever mon envie de me baigner dans quoi que ce soit d’autres que l’océan dans le coin. Personne ne semble se poser de question vis à vis de l'hygiène, vu que tout le monde a toujours fait comme ça. Mais en plus car certaines de leur croyance hindous sont liées a leur nature. Ils croient que les lacs et notamment le Gange ont été créées par buddha et d’autres divinités et que par conséquent rien ne peut arriver à ces points d eau car ils sont d’ordre divins.

En visitant, on ne peut que se demander, avec un peu de pessimisme, quel sera le futur de ce pays surpeuplé. Comment vont-ils gérer les problèmes de population mais aussi de pollution qui débordent déjà sur la Malaysie et l’Indonésie.

Mon dernier point est lié a ces croyances, c’est un peuple très pieux. On trouve des églises et des temples tous les 200m . Ce qui est intéressant et particulièrement du point de vue du bouddhisme c’est ce mélange de foi et de croyance ajouté à toutes leurs superstitions. Pendant une semaine, nous nous sommes demandés pourquoi certaines voitures avaient des couronnes de fleur accrochées a leur phare avant, l’un de nos guides nous a expliqué que c’était pour éloigner le mauvais œil , et notamment la jalousie et les convoitises de son prochain. Ceci étant particulièrement présent lorsque le voisin est moins riche etc…

L’inde c’est aussi un immense sourire. Les gens sourient beaucoup, sans vraiment rien attendre. Je me suis rendue compte au fur et a mesure que je souriais moi même beaucoup plus à leur contact. Le sourire est contagieux. On nous fait signe très souvent, dans la rue , dans le bus, dans les villages, les gens nous disent bonjour , simplement et gentiment. Il y a dans leur peuple une impression d’humanité très forte, certainement très liée a leur religion en général. Ca donne envie d’apprendre a les connaître et de se mêler a la population. La première semaine nous étions dans une famille a Munroe Island. Le fils gère les chambres d’hôtes, la mère et la fille font la cuisine, le père offre des balades en canoé sur les rivières attenantes (petite pensée pour France, je me suis dit que c’était ton équivalent en Inde) :) . Ils  se sont beaucoup endettés pour ouvrir leurs trois chambres, mais le résultat est exceptionnel. La nourriture est délicieuse, ils sont tous aussi très accueillants et ont pris chacun sur leur temps pour nous faire découvrir leur village et les environs.

Pour un pays qui a la base n’était pas sur notre itinéraire (bonjour Doug and charlotte !) , j’ai beaucoup aimé et ca m’a donné envie d’y retourner pour découvrir le nord. Tour du monde 2026… ??

 

 

 

Bienvenue sur notre blog!

Bonjour & Hello !

 

Nous sommes un couple de trentenaires, Céline et Alex, respectivement Française et Anglais. En 2015, nous avons décidé de réaliser un rêve partagé :  ‘Voyager et découvrir le monde’.

Suivant celui auquel vous vous adressez, ce ‘temps’ passé a voyager s’étendra de 12 (Céline) à 14 mois (Alex). D’où le nom de ce blog. La question à laquelle nous avons le plus répondu ces derniers temps étant « alors, vous partez pour combien de temps ? »

Ce blog est avant tout un moyen pour nous de garder une trace de notre voyage, de nos ressentis et de nos pensées. Mais il est aussi pour nos familles et nos amis, afin de les tenir au courant au fur et a mesure de nos mouvements (et pour qu’ils puissent nous rejoindre si le cœur leur en dit…) Si vous lisez ce blog et que vous ne nous connaissez pas encore, nous espérons que vous trouverez quelque chose d’intéressant dans ces pages.

Céline écrira en Français et en Anglais. En revanche l’étendue du Français d’Alex étant limitée à la première ligne de cet article, il se contentera de rédiger en Anglais.Nous voulons partager avec vous nos photos, nos ressentis , la nourriture que nous avons essayé, les gens que nous avons rencontré et ce que nous avons vu. Nous voulons aussi faire des articles un peu plus poussés si nous avons le temps, sur nos expériences sur ce monde qui ne cesse de changer et ce que nous pouvons en observer. Cependant étant donné que nous avons déjà change de plan deux fois quant au pays visités en deux semaines, il est possible que nous n’y arrivions pas.

Si vous voulez des nouvelles en photo plus régulièrement, vous pouvez nous suivre sur Instagram :

Céline 

Alex

 

Enjoy !

 

Céline & Alex

PS – On ressent déjà dans ces quelques lignes que je n’ai plus l’habitude de rédiger en Français… j’espère que ca reviendra petit à petit. De l’indulgence . Céline 

 

Notre premier coucher de soleil, Perhentian Island Kecil, Malaisie, Mars 2016

Notre premier magnifique coucher de soleil en Malaisie, Pulau Perhentian Kecil, Mars 2016